×

La Rochelle : préavis de grève lancé par le service réanimation de l’hôpital Lafond

Ce vendredi à 14h, se tenait une conférence de presse menée par certains professionnels du service de réanimation, au local intersyndical de l’hôpital Lafond. Ces professionnels sont revenus sur les raisons qui les ont poussées à déposer ce préavis de grève, ainsi que leurs revendications.

Le syndicat SUD santé sociaux de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres a déposé un préavis de grève propre au service de réanimation. Le personnel du service réanimation souhaite montrer à son tour son incompréhension face aux mesures prises par la direction. Ce préavis de grève vient en suite de plusieurs facteurs comme l’explique Charlotte, infirmière : « le personnel du service de réanimation devait remplacer les urgentistes en grève pour ne pas fermer le service des urgences à La Rochelle. On avait l’impression de mettre en danger les patients puisqu’on ne connaît pas tout dans ce service. Il y a des soins très spécifiques qu’on ne maîtrisent pas puisque que ce n’est pas notre quotidien. Des lits en réanimation ont été fermé pour libérer du personnel de réanimation et ainsi l’orienter aux urgences ». Le service de réanimation a donc débuté son mouvement de grève peu de temps après celui des urgences, pour interpeller la direction.

Malgré cette grève, le personnel travaille toujours, « on ne peut pas décider d’arrêter comme Air France ou la SNCF », et plusieurs revendications ont été transmises. Émilie, infirmière, réclame plus de reconnaissance pour le service de réanimation, « on nous a applaudi pendant les deux années de Covid et c’était très sympa, mais maintenant on recommence comme avant, dans une situation qui ne s’est pas améliorée ». C’est pourquoi ces professionnels ont différentes revendications qui collent au service de réanimation :

  • Augmentation des formations de dialyseurs afin d’en avoir 2 au minimum par équipe pour une prise en charge sécurisée des patients. « Nous avons déjà eu des manques dans ce domaine, nous n’avions pas pu réaliser ces soins et les patients avaient dû être transféré. Plusieurs personnes ont demandé à être formées à la dialyse, mais leur demande est rejetée pour diverses raisons qui changent à chaque fois ».
  • Effectif adapté selon le nombre de lits (occupés ou non) et non au nombre de patients présents. «  Il peut y avoir 5 patients qui arrivent en une heure et il faut être disponible ».
  • Prime pour les personnels aides-soignants du service, pour pallier l’absence de reconnaissance de leur travail (équivalence prime sois critiques). « Les aides-soignantes n’ont rien eu. Elles ne sont pas reconnues à leur juste valeur ».
  • Maintien à son poste de la coordinatrice, arrêt des modifications de ses horaires/fonctions. « Elle vient en réanimation lorsqu’il y a un manque de personnel, mais tout ce qu’elle fait à côté n’est pas fait ».
  • Obtention des sommes dues légalement liées à la prime de soins critiques. « Nous avons une prime de soins critiques que nous percevons depuis avril alors que nous devions la toucher depuis janvier. Il nous manque trois mois de prime ».

Ce préavis local couvre la période du 7 juillet 2022 au 21 juillet 2022, et est reconductible. Avec l’afflux de touriste attendu en juillet et en août, l’été s’annonce sous-tension pour le Groupe Hospitalier La Rochelle Ré Aunis.

MATHIS LAUNAY

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE